Témoignage de la célébration à Beaume de Venise du 27 mai 2012

Vernouillet, le 29 mai 2012.

Chère…cher…

Je ne sais pas trop par où commencer, mais j’ai entendu ce week end des paroles qui m’ont outrée et qui, me semble-t-il, doivent être divulguées. Comme vous le savez, ce dimanche 27 mai, nous étions invités à la communion de mon neveu à Beaumes de Venise.

La messe était à 11 heures et célébrée par monseigneur Cattenoz. Son sermon portait sur l’esprit saint, il a enchaîné sur l’eucharistie et l’importance d’aller à la messe régulièrement. Jusque là tout allait bien, il était dans son rôle. Mais il a conclu son sermon par : «  et qu’on ne dise pas qu’on n’a pas été prévenu, si un matin, on se réveille entouré de musulmans ».

Je ressens rarement cela, mais une envie de hurler « NON, CES PAROLES SONT INACCEPTABLES » a traversé mon corps ; l’indignation était ressentie autant physiquement que psychiquement. Ma famille, mes proches, le grand-père de…, un homme très pieux, nous étions tous atterrés, offusqués. Cela ne s’arrête pas là.

L’effet deuxième lame arriva à la fin de la messe où l’évêque, au côté du père Bang, conclut : « Je suis bien triste de vous annoncer que je dois repartir en Afrique chercher des prêtres …en consultant les cahiers de la paroisse, je me suis aperçu que voila bien longtemps que Beaumes de Venise n’a plus eu de prêtre natif de la commune. »….

Fallait-il interrompre la messe et faire un scandale ? Mais quelle image devant les enfants qui en ont assez entendu ! Fallait-il aller voir l’évêque à la fin de la messe et lui exprimer notre désaccord ?

Ce dont je suis sûre, c’est qu’il faut faire savoir d’une manière ou d’une autre que l’on colporte de tels messages dans l’Eglise. Il me semble que cela outrepasse la foi, ce sont des propos politiques, une incitation à la haine qui m’apparaît bien loin de la parole du Christ. Je n’ai pas envie d’une Eglise comme ça, ni pour mes enfants, ni pour moi. Je ne me reconnais pas dans ces propos.

Aujourd’hui, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, dans l’esprit de la laïcité, permet aux hommes de se reconnaître dans leur humanité et de vivre librement leur culte s’ils en ont un. Au XXI° siècle, l’esprit de croisade, le combat des religions n’ont plus lieu d’être. Peut-être faut-il s’interroger sur le fait qu’on veuille faire croire que le catholicisme est menacé par les musulmans ? C’est opposer un extrémisme à un autre en englobant tous les musulmans. Peut-être certaines valeurs prônées par l’Eglise catholique et reprises par les Lumières n’apparaissent plus aussi clairement à la messe ? J’avoue que cela fait plusieurs années que l’Eglise ne m’apporte plus de réflexions qui me satisfassent. Je vais chercher des réponses dans des livres qui évoquent le Christ d’une manière historique.

Enfin, voilà, j’avais vraiment envie de vous faire partager cette colère. Je trouve que c’est grave de laisser un évêque dire des choses pareilles en toute impunité.

J’attends de vos nouvelles et je vous embrasse.

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Les documents de réflexion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *