rencontre avec Anne Soupa , présidente de la Conférence des Baptisés/es

Nous vous avons fait part dans nos précédents communiqués de nos rencontres avec le nonce apostolique, Mgr Pontier et Mgr André Vingt Trois.

Il nous a paru nécessaire d’informer aussi directement Mgr Cattenoz, par lettre, et de lui rappeler les dysfonctionnements qui s’accumulent depuis 13 ans du fait de son gouvernement. Ses interventions dans la presse locale, de plus en plus tournées vers le spectaculaire, ne sauraient faire oublier que de nombreux fidèles et pasteurs souffrent toujours de ses décisions abruptes, et qu’il est souvent sourd (malgré ses dénégations) aux orientations proposées par l’Eglise de France au fil des années récentes (Diaconia, dialogue interreligieux, Synode de la Famille, Œcuménisme…). Qu’en sera-t-il de l’Année de la Miséricorde ?

Nous avons reçu récemment une réponse consternante de Mgr André Vingt-Trois (voir lien http://chretiens-en-vaucluse.com/464.php) à laquelle nous avons répondu (voir lien http://chretiens-en-vaucluse.com/461.php).

Golias a publié (n° 411 du 10 au 16 décembre) un long article concernant le diocèse d’Avignon. Nous avons envoyé un droit de réponse (voir lien http://chretiens-en-vaucluse.com/462.php).

Mais nous continuons de proposer aux chrétiens du Vaucluse de se retrouver pour vivre au mieux leur vie de baptisés. Des petits groupes de réflexion continuent à fonctionner en plusieurs points du diocèse. Des rencontres largement ouvertes nous rassemblent chaque année (dont une sur Diaconia en 2013, une sur le Synode de la Famille en 2015).

Pour l’année en cours, nous avons demandé à Anne Soupa, présidente de la Conférence des Baptisé-es francophones (CCBF) de venir chez nous le samedi 30 janvier 2016. Nous vous donnerons des précisions très bientôt. Nous espérons être nombreux pour l’accueillir.
Réservez cette date dès maintenant !

Bonne marche vers Noël !
Le conseil d’animation CEV

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Simone Grava-Jouve
Simone Grava-Jouve
6 années il y a

L’expression “conférence des “baptisé-e-s” ainsi écrite m’apparaît comme un choix inutile, et finalement assez ridicule. Certes, cela “fait parler” et sourire à cause de la graphie savamment maladroite qui croit avoir découvert le top du féminisme. En réalité, si on écrivait “La Conférence des baptisés”, ce serait plus simple, correct, intelligent et chaleureux, voire solidaire. Moi, femme, je m’y reconnaîtrais fort bien, et je ne ferais pas un drame pour un accord masculin pluriel. Les tenants de la Novlangue sont à un niveau de militantisme franchement comique en sexualisant les accords grammaticaux “pour défendre les femmes” (?) (on s’en fiche royalement, laissons les règles fonctionner comme elles sont) et en inventant des féminisations risibles pour les substantifs. On voit par exemple des “auteures” qui sont des barbarismes patentés – il devrait y avoir en effet, si vraiment féminiser est nécessaire, des “autrices” (comme acteur/actrice; directeur/directrice; facteur/factrice). Pas beau mais correct.
Règne des ignorants (vis-àvis du fonctionnement correct de la langue française), et primauté des idéologues, dans les ministères prêts à tout pour promouvoir la féminisation du monde, Ministères de la Culture et de l’Education Nationale, en tête. On ne commentera pas leurs recommandations, ni les chartes, ni les protocoles d’application – c’est le blues assuré.