Groupe de travail n°5 : Les communautés nouvelles dans le diocèse.

Ce 1er compte rendu de ce groupe avait été fait le 20 décembre 2010.

1.Les communautés nouvelles (ou NMR, nouveaux mouvements religieux) posent, dans notre diocèse du moins, 4 types de questions :

-une question de pastorale, qui n’est pas des moindres, notamment à propos des styles et des contenus de la catéchèse qui y sont développés.
-une question de transplantation culturelle. Dans les 2 sens : difficulté d’adaptation des prêtres ou laïcs venus souvent d’Amérique du Sud, de Pologne, ou d’autres pays / difficulté pour imposer arbitrairement aux diocésains des pratiques totalement étrangères. « . »)
-une question financière : financement des voyages de l’archevêque pour « faire son marché » ; financement des voyages des communautés elles-mêmes, de leur formation en français, de leur entretien quotidien ici. Alors que le diocèse est exsangue et que la participation au denier de l’Eglise a considérablement fléchi.
-enfin la dérive sectaire du Néo-catéchuménat, qui mérite un traitement spécifique.

2. L’état des lieux.

-Si certaines communautés, comme FMDD (Famille Missionnaire Dialogue de Dieu) sont ouvertes et rayonnantes, en revanche d’autres paraissent « neutres » (Pantokrator) ou bien (Shalom, Palavra Viva) ne semblent pas remplir leur mission (d’ailleurs, quelle est-elle ?). A côté de ces 3 cas de figures, gravite (cf. l’Ordo) toute une nébuleuse de mouvements plus ou moins insaisissables, dont la présence nous inquiète aussi : les Petites Sœurs de l’Agneau, qui ont confisqué l’église St-Didier à leur seul profit (rajout en décembre 2012 : les Petites Sœurs de l’Agneau ont quitté l’église Saint Didier et le presbytère depuis au moins un an et n’y célèbrent donc plus d’office ; au nombre d’une douzaine environ, elles habitent maintenant au presbytère Saint Symphorien où elles ont aménagé leur propre chapelle pour célébrer leurs offices) ; les Frères de St-Jean (qui, après 2 ans de présence, sont très controversés) ; des cheminements comme Alpha, l’Emmanuel, les Evangéliques, les charismatiques divers. Et surtout, pèse la présence de plus en plus envahissante du NC.

3.Le travail du groupe.

Les membres de ce groupe se sont réunis plusieurs fois, ils analysent les statuts du NC, rencontrent les diverses CN, souhaitent visiter le séminaire (NC, l’un des 4 en France) de Châteauneuf-de-Gadagne.

2e compte rendu, Printemps 2012.

1.Rencontres avec les différentes communautés, hors NC. Elles se sont faites dans la convivialité.
2.Visite du Séminaire Redemptoris Mater. Les demandes de visite se sont soldées pour l’instant par une fin de non-recevoir.

3e étape. Novembre 2012.
Divers événements, liés à la présence du NC, nous ont paru suffisamment inquiétants pour que nous reprenions nos travaux.
1e réunion, 15 novembre. Après des échanges instructifs sur les événements survenus depuis nos rencontres précédentes, nous avons décidé de faire appel à des personnalités extérieures pour nous aider dans notre réflexion. Réunion suivante le 17 janvier 2013.

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Les groupes de travail de "Chrétiens en Vaucluse". Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *