Droit de réponse de « Chrétiens en Vaucluse » au journal « la Croix » pour son article du 25 juin 2013 sur la situation de l’Eglise d’Avignon

Le 25 juin 2013, le journal «  La Croix » a publié un article intitulé «  dans le diocèse d’Avignon, les tensions sont en voie d’apaisement » . Outre que cet article n’expose en rien  la totale réalité de ce qui est réellement vécu dans le diocèse, il déforme profondément l’action du  mouvement CEV. On trouvera ici la lettre qui été envoyée à la rédactrice en chef dans le cadre d’un droit de réponse  On se reportera ensuite utilement au compte rendu de la réunion de la réunion de CEV du 25 mai 2013 pour avoir plus de précisions.

A Madame Dominique QUINIO
Rédactrice en chef du journal « La Croix »

Madame,

Nous vous demandons de faire valoir notre « Droit de réponse » à l’article de Claire Lesegrétain, publié au journal La Croix du 25 juin 2013, dans  la rubrique « Droit de suite » et intitulé Dans le diocèse d’Avignon, les tensions sont en voie d’apaisement.

En effet, le mouvement Chrétiens En Vaucluse, mis d’emblée en opposition avec d’autres laïcs et prêtres, est présenté avec beaucoup d’inexactitudes et de raccourcis défavorables.

Le nom de René MOULINAS n’est pas correctement transcrit.

La date de création en janvier 2011 : la naissance publique de CEV est de février 2009, après une gestation privée depuis mai 2008.

La réunion du 25 mai n’a en rien été bousculée par l’actualité ; elle s’est déroulée conformément à l’ordre du jour prévu, qui a, évidemment, intégré le fait divers récent, à savoir le vol du portable d’un prêtre et la suite, la réaction démesurée de l’évêque et son erreur d’appréciation.

Les  implantations de communautés nouvelles n’ont pas été suspendues ; certes il n’y en a pas eu de supplémentaires, mais celles qui sont là demeurent ; leur présence, leur action restent problématiques et n’ont fait l’objet d’aucun suivi, d’aucune évaluation.

Vous semblez ignorer que les ordinations diaconales sont célébrées depuis quelque 20 ans dans les paroisses où les séminaristes ont été en stage, puisque  vous présentez ce fait comme une nouveauté – dorénavant.

La journée de convivialité annuelle a effectivement rassemblé 70 prêtres. C’est heureux pour ceux-ci, qui sont en quasi totalité les prêtres venus d’ailleurs, tandis que la cinquantaine de prêtres originaires du diocèse n’y étaient pas présents. La rencontre fraternelle se fait individuellement, mais elle reste difficile sur le plan institutionnel.

Peut-on vraiment parler d’apaisement ?

Il n’est pas question pour nous de cultiver l’agitation et de multiplier les manifestations extérieures ; mais nous continuons d’être vigilants, attentifs. C’est pourquoi nous avons envoyé le 20 juin au Nonce apostolique et au Président de la Conférence des évêques un appel à l’aide, une « nouvelle supplique élaborée à partir des constats désolés de la situation qui est la nôtre ». Stimulés par le grand souffle de fraîcheur venu de Rome, grâce à notre Pape François, nous voulons, une fois encore, attirer l’attention sur les difficultés récurrentes concernant :

  • Les priorités du diocèse : l’implication du diocèse dans les actions proposées  par l’Eglise de France (Diaconia 2013) et l’Eglise universelle (Année de la Foi) est peu visible et sans écho dans les paroisses.
  • Le dialogue Interreligieux et l’œcuménisme ne bénéficient pas d’un délégué actif ; les prêtres sont absents.
  • La pauvreté des propositions de formation pour les prêtres et les laïcs.
  • L’absence de projet pastoral : un questionnaire lancé depuis un an reste sans écho à ce jour.
  • Le Conseil de la solidarité qui reste un fantôme.

Votre rubrique s’intitule « Droit de suite » ; mais depuis quand suivez-vous ce dossier ?

Cet article nous apparaît caractérisé par un manque d’objectivité dû au fait que la journaliste ne sait rien de l’esprit ni de l’action de CEV, sinon par deux ou trois coups de fil. Notre groupe rassemble des chrétiens fortement engagés dans leurs paroisses, ainsi que dans de multiples mouvements, services d’Eglise et autres associations ; ce groupe qui essaye de vivre, de survivre, dans un diocèse sinistré par des années d’une autorité malhabile, vaut mieux que ce qu’évoque cet article. C’est notre responsabilité de laïcs adultes qui nous fait agir comme nous  le faisons. Depuis le premier jour, nous  gardons le souci de rester proche des prêtres qui sont les premiers à souffrir de ces relations faussées.

Venez nous voir, venez parler avec nous … en attendant allez voir notre blog chretiens-en-vaucluse.over-blog.com

Avec nos remerciements, nous vous adressons nos cordiales salutations

René Moulinas
Au nom de « Chrétiens en Vaucluse »

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Les Evènements de CEV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *