DIALOGUE ENTRE REPRESENTANTS DE C.E.V. ET DES CONSEILS DE L’ARCHEVÊQUE (compte rendu établi par Henri Faucon, membre du Conseil Pastoral Diocésain)

DIALOGUE ENTRE REPRESENTANTS
DE C.E.V. ET DES
CONSEILS DE L’ARCHEVÊQUE

(Ce compte rendu établi par Henri Faucon, membre du Conseil Pastoral Diocésain, étant sensiblement différent de celui proposé par CEV, il nous a semblé utile de le publier aussi sur le BLOG)

“Sans moi vous ne pouvez rien faire”.

Nous avons au cours de notre rencontre de ce mardi 12 juin échangé à propos de l’ecclésiologie, du peuple de Dieu et du rôle respectif des clercs et des laïcs au sein de notre Eglise.

Il est évident que des conceptions différentes existent en son sein et notamment dans notre Eglise qui est en Vaucluse.

Loin de nous conduire à envisager de cesser nos rencontres, ceci doit nous inciter à:

– les préparer autrement, avec un ordre du jour bien construit
– partir de la phrase mise en exergue car c’est vraiment le Seigneur qui doit nous guider dans nos échanges. Il est indispensable de nous mettre profondément à l’écoute de l’Esprit Saint car c’est avec son aide que nous pourrons réellement nous écouter et nous comprendre: plus nous sommes proches du Seigneur, plus nous sommes proches les uns des autres

– nous appuyer sur les textes postconciliaires
– ne pas hésiter à faire appel à des théologiens susceptibles d’éclairer notre recherche
– ne pas hésiter, alors, à élargir le cercle des participants.

Il est apparu clairement au cours de nos échanges que nous avons tous le désir de servir le Seigneur et son Eglise. Les approches différentes ne doivent pas constituer des sources de division mais être, après les avoir repérées, le point de départ de notre réflexion au cœur de notre Eglise diocésaine.

Sans doute devons-nous aborder cela en étant convaincus que nous sommes des serviteurs inutiles et que si nous voulons résoudre toutes les difficultés avec nos seules forces nous allons à l’échec.

Nous avons pu repérer, notamment grâce aux témoignages de Christian Bezol et Alain Diedhiou, que notre évêque s’est largement ouvert et mis à l’écoute des diocésains et des fidèles laïcs. La démarche qu’il a impulsée en vue d’écrire une Lettre Pastorale est significative.

Il serait peut-être regrettable qu’une phrase sortie du contexte de l’homélie en laquelle elle a été prononcée vienne attiser des rancœurs toujours promptes à se réveiller. L’annonce de l’Evangile n’est pas facultative, c’est un impératif qu’emploie le Seigneur quand il dit: Allez, de toutes les nations faites des disciples. Annonçons l’Evangile aux gens que nous aimons et que nous respectons, conscients que ne pas le faire serait faillir à l’amour fraternel. Au-delà de l’annonce, plus rien ne nous appartient. Là aussi nous ne sommes que des serviteurs inutiles.

Que le Seigneur nous bénisse.

Henri Faucon

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Les relations avec l’Eglise d'Avignon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *