Conseil d’animation élargi : réunion du 15 juin à Jean XXIII.

Un conseil d’animation élargi s’est tenu ce 15 juin 2011. Il a réuni une trentaine de personnes.

Comme c’est désormais l’habitude les travaux ont débuté après une prière commune de façon à toujours bien situer le cadre et le sens de notre démarche.

1/ La réunion  a été ouverte par un rapide historique  des événements qui sont survenus depuis septembre 2010, en particulier la manifestation du dimanche 9 janvier 2011 qui a donné lieu à une forte couverture médiatique.

A la suite de cela, par une lettre du 15 janvier, Mgr Cattenoz nous a proposé des rencontres entre deux délégués de chacun des trois conseils diocésains et un nombre équivalent de porte-parole de CEV pour ouvrir un dialogue. Ce qui a été accepté. C’est ce que nous sommes convenus d’appeler des 6×6. Trois réunions  ont eu lieu depuis février, la dernière le 14 juin.

Depuis octobre les 9 groupes de travail mis en place par CEV se sont réunis plusieurs fois mais ils ont rencontré des succès divers : plusieurs se sont heurtés à des refus de réponse de la part des responsables des services diocésains sollicités. Le problème a été soulevé au cours du premier des 6×6 et la réponse qui nous a été transmise lors du 2° a été que Mgr Cattenoz laissait pleine liberté à ses collaborateurs pour estimer eux-mêmes s’il convenait de satisfaire ou non les  demandes qui leur étaient faites. Le refus le plus marquant concerne la position des responsables économiques du diocèse de rencontre le groupe en charge des financements.

2/ Le point a été fait  de l’avancement des travaux des différents groupes qui poursuivent encore leurs investigations. Un document de synthèse (avec éventuellement des propositions) pourra être élaboré pour la prochaine assemblée générale qui pourrait se tenir en octobre sous une forme nouvelle, plus active.

En effet, a été évoquée la possibilité d’organiser un grand rassemblement sur une journée ou une grande demi-journée autour des questions abordées. L’équipe d’animation de CEV a été mandatée pour proposer une organisation sur ce point. Il est rappelé que nous fêtons le 50eme anniversaire de Vatican 2 et qu’il y a quelque chose à travailler autour de cet anniversaire ceci très en lien avec la démarche de CEV de faire davantage participer les laïcs à la vie de l’Eglise.

3/ Un compte rendu a été aussi à propos des trois groupes qui se sont constitués à Avignon, Carpentras et Lumières pour lire ensemble le livre du P.Moingt « croire quand même » et qui réunissent plusieurs dizaines de personnes.

4/ Le conseil d’animation élargi a ensuite longuement revenu sur les réunions 6X6 : Une large discussion a été consacrée aux rencontres 6×6  qui en fait sont des 6×4 car les deux délégués du conseil presbytéral  ont toujours été absents et n’ont pas été suppléés par d’autres.

Leur intérêt, ainsi qu’il est possible de s’en faire une idée par les comptes-rendus publiés, reste limité : nos interlocuteurs sont apparus très prudents, sans autre mission que d’écouter ce que nous avons à dire pour le transmettre à leurs conseils respectifs et à Mgr Cattenoz , ce qu’ils nous ont assuré avoir déjà fait, non sans écho.

Les représentants des conseils nous ont indiqué ne pouvoir s’engager à rien puisque, pas plus que les conseils dont ils sont les mandataires, ils n’ont pas de pouvoir de décision.

D’où la question posée par de nombreux participants : en dépit des relations personnelles cordiales établies entre les participants, faut-il poursuivre ces rencontres qui pour certains ne sont qu’une perte de temps et n’avaient pas d’autre but que de faire baisser la tension et démontrer, sans engagement véritable, l’ouverture au dialogue de Mgr Cattenoz ?

Mais, pour d’autres, il parait pertinent de considérer qu’en nous invitant à ces 6×6, Mgr Cattenoz reconnaît que nous constituons un interlocuteur valable, avec lequel il accepte de parler.

Même si le moyen le plus sûr d’essayer de rétablir la paix dans le diocèse est toujours, à nos yeux, que Mgr Cattenoz accepte de reconnaître qu’il n’est pas fait pour être le pasteur d’un diocèse ( ses récentes affirmations selon lesquelles la ville d’Avignon, sous l’influence de la franc-maçonnerie, contribuerait à financer un complot anti-chrétien sous la forme d’une œuvre d’art scandaleuse exposée dans une galerie d’art moderne d’Avignon grâce à une subvention municipale, en sont une nouvelle illustration ), il n’en reste pas moins qu’il est toujours à la tête de l’Eglise d’Avignon, pour un temps indéterminé et que, même s’il était remplacé par un autre, nul ne peut garantir que les choses seraient complètement changées.

Même si beaucoup restent sceptiques devant les assurances que son comportement s’est déjà fortement amélioré, il a été fortement argumenté qu’il fallait  profiter de tous les moyens pour établir et développer une « culture de dialogue » entre la hiérarchie et les autres composantes du peuple de Dieu. Ces échanges de 6×6, si limités soient-ils peuvent en être les prémices.

Il s’agit en tous lieux et toutes circonstances de faire découvrir qu’ au lieu d’être seulement une « crise », les difficultés actuelles du diocèse peuvent être une occasion voire une « chance » en donnant à des centaines de chrétiens l’envie et la possibilité  de sortir de la passivité pour essayer de jouer leur rôle et tenir leur place dans la vie de leur Eglise.

Au final, une opinion a paru s’imposer pour considérer que si le 6×6 sous la forme actuelle apparaît stérile, il pourrait retrouver son intérêt s’il mettait en position d’échange des porte-parole qualifiés, en nombre équivalent à la délégation de CEV, sur ce que pourrait être l’Eglise d’Avignon à partir d’une réflexion sur  les points proposés par CEV et par Mgr Cattenoz lui-même dans sa lettre du 15 janvier, qui évoquait «  l’ecclésiologie depuis Vatican II ».

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Les Evènements de CEV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *