Communiqué du mouvement CHRETIENS EN VAUCLUSE

 17 décembre 2019

Affaire ROSMERTA

Monseigneur CATTENOZ  saisit la Cour d’appel de Nîmes pour continuer à demander  l’expulsion immédiate des migrants

Catholiques du diocèse d’Avignon, nous apprenons avec une grande tristesse que l’Archevêque a fait appel du jugement du Tribunal d’Avignon du 28 octobre 2019  accordant un délai  de trois ans aux migrants qui occupent sans autorisation un bâtiment inutilisé appartenant au diocèse.

Tout en reconnaissant que cette occupation est illégale aux yeux de la loi, le juge avait estimé,- au vu de la précarité des cinquante personnes sans autre solution que la rue-, que l’hébergement, les soins, la scolarisation et l’aide juridique assurés par les bénévoles, relevaient d’un droit d’exister pour de jeunes mineurs isolés et des familles avec des enfants en bas âge, laissant ainsi un délai aux diverses parties prenantes pour trouver une solution plus durable.

Nous sommes consternés que notre Eglise ait refusé depuis un an toutes les tentatives de convention, voire d’achat du lieu par l’association Rosmerta.

Nous sommes consternés que notre Eglise, riche de nombreux bâtiments vides, ne puisse pas en affecter un à l’accueil des plus démunis, étrangers sans papiers pour le moment, mais qui ont vocation à être accueillis par la France dans le respect de ses lois (dans le cadre de la protection de l’enfance, en particulier).

Nous sommes consternés que les biens matériels de l’Eglise, qui devraient servir d’abord les pauvres, soient jalousement fermés sans profit pour personne.

Nous sommes consternés que l’Archevêque d’Avignon ait refusé depuis plus d’un an toute rencontre avec les personnes concernées et n’ait agi que par voie de presse et en assignant devant les tribunaux.

Nous sommes consternés que l’Archevêque d’Avignon, par son attitude totalement fermée à la souffrance des plus faibles, aille à l’encontre de l’appel du Pape François qui dans son magnifique texte du 29 septembre 2019 invite à « accueillir, protéger promouvoir et intégrer » les migrants au nom même de l’Evangile et de notre humanité.

Nous sommes consternés que cet appel à l’expulsion des migrants de ROSMERTA privilégie le droit de propriété au détriment de l’accueil des plus pauvres et soit annoncé à la veille de Noël, alors que nous allons dans nos églises parler d’amour des petits et des plus démunis, autour d’un enfant né dans la paille car il n’y avait pas de place pour lui à l’hôtellerie.

«  Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu » Evangile du jour de Noël selon Saint Jean 1,11.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments