Nouveauté

 La Conférence des Evêques de France prend une position stupéfiante dans l’affaire ROSMERTA !

Interpellée par «  Chrétiens en Vaucluse » la Conférence des évêques  de France (CEF) confirme avoir conseillé à Monseigneur CATTENOZ d’interjeter appel  de la  décision du Tribunal d’Avignon dans l’affaire ROSMERTA (voir le texte de la CEF ci-dessous). Elle donne quitus à l’Archevêque d’Avignon de sa «  gestion »  sur la question des migrants. La CEF valide le refus de l’Archevêque de toute rencontre avec Rosmerta.

L’information dont dispose la CEF n’est manifestement pas à jour, elle date de janvier 2018, or le jugement du tribunal en date du 28 octobre 2019 accordant un délai de 3 ans à Rosmerta apporte d’autres éléments apparemment ignorés de la CEF :

Citation de l’ordonnance du Tribunal : ” Il est (…) manifeste qu’au regard de leur situation irrégulière et de leur isolement sur le territoire national, les personnes hébergées dans l’immeuble litigieux, sous couvert de l’Association Rosmerta ne disposent en l’état d’aucune solution de relogement décent et digne et ont besoin pour ce faire d’un délai. Or, l’Association Rosmerta justifie suffisamment  des démarches engagées, d’une part pour la légalisation de la prise en charge des personnes hébergées par ses soins dans l’immeuble litigieux, et d’autre part auprès de l’Association diocésaine en vue d’une légalisation de l’occupation des lieux soit à titre de locataire, soit à titre de nouveau propriétaire, l’immeuble étant mis en vente par la demanderesse.”

Ce message de la CEF est pour nous une grave erreur (voire une faute)  qui va à l’encontre du message d’hospitalité du Christ. Dans le même temps le Pape François installait au cœur du Vatican un crucifix vêtu d’un gilet de sauvetage retrouvé en Méditerranée. Deux attitudes totalement opposées….chacun jugera.

Texte de la conférence des Evêques de France : 

 De : Secrétariat Général CEF [mailto:secretariat.general@cef.fr]
Envoyé : jeudi 19 décembre 2019 21:09
À : chretiens en vaucluse <chretiens.vaucluse@gmail.com>
Objet : RE: Monseigneur CATTENOZ- Procédure d’appel dans l’affaire ROSMERTA- AVIGNON

Au comité d’animation du mouvement Chrétiens en Vaucluse

Bonsoir à vous

Suite à votre interrogation formulée par mail le 18 décembre, nous vous confirmons que la CEF a bien conseillé au diocèse d’Avignon d’interjeter appel du jugement du tribunal d’Avignon rendu en octobre 2019.

Les actions de l’Eglise en faveur de l’accueil des migrants sont très notables et elles mobilisent des moyens importants dans les diocèses et les paroisses. Le diocèse d’Avignon est notoirement mobilisé sur cette question, et nous savons votre motivation dans ce domaine de solidarité essentielle.

La Conférence des évêques de France, consciente de l’action des diocèses de France pour l’accueil des migrants, ne peut pas laisser s’installer une jurisprudence qui valide le fait le que les biens immobiliers diocésains puissent être occupés illégalement, qui plus est sans aucune indemnité d’occupation. Si ces actions sont initiées dans des locaux diocésains, elles ne peuvent se déployer qu’à l’initiative de l’Eglise ou avec son accord, dans le cadre du respect de la légalité et sans recours à la violence contre les biens. Les diocèses et les associations catholiques spécialisées déploient, par ailleurs, un savoir-faire spécifique pour un accueil véritable des personnes migrantes ; cela appelle une vigilance et une responsabilité que l’Eglise doit toujours endosser. En l’espèce, l’illégalité de cette occupation interdit toute action d’amélioration des conditions d’accueil de ces personnes qu’il est indigne d’associer à cette violence et de laisser, elles-mêmes, dans cette situation illégale.

Comme vous le savez et comme cela s’est pratiqué dans nombre de diocèses avec succès, une intervention auprès des pouvoirs publics pour organiser une solution de relogement des occupants a été entreprise. Et malgré l’échec de cette intervention, le diocèse reste soucieux du sort des personnes concernées. Comme le diocèse le rappelle d’ailleurs, lors d’une réunion avec l’association Rosmerta en janvier dernier, M. le Préfet et les services de l’État avaient confirmé qu’ils étaient en mesure de prendre en charge les migrants hébergés.

En toute hypothèse, le diocèse a déjà démontré sa patience et sa solidarité, et les délais de l’appel vont venir s’ajouter à l’année déjà écoulée. Cet appel ne se traduira pas en une quelconque expulsion dans les mois à venir et il n’est pas acceptable de laisser entendre le contraire !

Pour ses raisons, il est du devoir du diocèse de ne pas laisser perdurer cette situation illégale, encore moins d’en être complice.  Le diocèse ne peut pas cautionner une association qui, de plus, n’apporte aucune contrepartie aux charges qui doivent toujours être assumées par la paroisse.

Faire valoir ses droits au terme d’une occupation illégale aussi longue est autant une question de justice que de véritable charité.

Merci de bien vouloir prendre en compte ces éléments d’information.

Fraternellement

Père Thierry Magnin

_____________________________

Père Thierry MAGNIN

Secrétaire Général et Porte-Parole

de la Conférence des évêques de France

https://chretiens-en-vaucluse.com-Contact : Chretiens.vaucluse@gmail.com

 17 décembre 2019

 Communiqué du mouvement CHRETIENS EN VAUCLUSE

Affaire ROSMERTA

Monseigneur CATTENOZ  saisit la Cour d’appel de Nîmes pour continuer à demander  l’expulsion immédiate des migrants

Catholiques du diocèse d’Avignon, nous apprenons avec une grande tristesse que l’Archevêque a fait appel du jugement du Tribunal d’Avignon du 28 octobre 2019  accordant un délai  de trois ans aux migrants qui occupent sans autorisation un bâtiment inutilisé appartenant au diocèse.

Tout en reconnaissant que cette occupation est illégale aux yeux de la loi, le juge avait estimé,- au vu de la précarité des cinquante personnes sans autre solution que la rue-, que l’hébergement, les soins, la scolarisation et l’aide juridique assurés par les bénévoles, relevaient d’un droit d’exister pour de jeunes mineurs isolés et des familles avec des enfants en bas âge, laissant ainsi un délai aux diverses parties prenantes pour trouver une solution plus durable.

Nous sommes consternés que notre Eglise ait refusé depuis un an toutes les tentatives de convention, voire d’achat du lieu par l’association Rosmerta.

Nous sommes consternés que notre Eglise, riche de nombreux bâtiments vides, ne puisse pas en affecter un à l’accueil des plus démunis, étrangers sans papiers pour le moment, mais qui ont vocation à être accueillis par la France dans le respect de ses lois (dans le cadre de la protection de l’enfance, en particulier).

Nous sommes consternés que les biens matériels de l’Eglise, qui devraient servir d’abord les pauvres, soient jalousement fermés sans profit pour personne.

Nous sommes consternés que l’Archevêque d’Avignon ait refusé depuis plus d’un an toute rencontre avec les personnes concernées et n’ait agi que par voie de presse et en assignant devant les tribunaux.

Nous sommes consternés que l’Archevêque d’Avignon, par son attitude totalement fermée à la souffrance des plus faibles, aille à l’encontre de l’appel du Pape François qui dans son magnifique texte du 29 septembre 2019 invite à « accueillir, protéger promouvoir et intégrer » les migrants au nom même de l’Evangile et de notre humanité.

Nous sommes consternés que cet appel à l’expulsion des migrants de ROSMERTA privilégie le droit de propriété au détriment de l’accueil des plus pauvres et soit annoncé à la veille de Noël, alors que nous allons dans nos églises parler d’amour des petits et des plus démunis, autour d’un enfant né dans la paille car il n’y avait pas de place pour lui à l’hôtellerie.

«  Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu » Evangile du jour de Noël selon Saint Jean 1,11.


 

22 octobre 2019

Communiqué du mouvement CHRETIENS EN VAUCLUSE

Affaire ROSMERTA – Monseigneur CATTENOZ défend son droit inaliénable de propriété et demande l’expulsion des occupants de l’immeuble appartenant au diocèse situé rue Pasteur à Avignon.

Lors de l’audience du 7 octobre 2019 devant le tribunal d’instance d’Avignon, Monseigneur Cattenoz a demandé par l’intermédiaire de son avocat que soit expulsée la cinquantaine d’occupants de l’immeuble appartenant à l’association diocésaine de l’Eglise d’Avignon.

Cet immeuble, qui était vide de toute occupation et était mis en vente, est occupé depuis le 21 décembre 2018 par des migrants soutenus par l’association ROSMERTA.

L’avocat de l’archevêché, au nom de l’association diocésaine n’a présenté qu’un argument juridique : le droit inaliénable de propriété.  A aucun moment le représentant de l’Archevêque n’a évoqué la situation des personnes et  l’immense travail réalisé par  les militants de ROSMERTA auprès des personnes accueillies.

L’avocate de l’association ROSMERTA a rappelé le contexte ainsi que  les demandes de dialogue avec l’Archevêque  qui n’a jamais daigné répondre ni recevoir les responsables de ROSMERTA. Elle a rappelé que ROSMERTA souhaitait engager des discussions en vue de l’achat de l’immeuble, puisqu’il est en vente, et l’absence de réponse même à cette proposition.

La présidente du tribunal d’instance a rappelé qu’elle devait certes juger en droit sur la question de l’expulsion mais qu’elle avait mesuré tout l’enjeu humain de l’affaire. Elle a donné la parole à une représentante du collectif d’animation de Rosmerta et à des hébergés qui ont relaté tout ce que leur a apporté l’accueil qui leur a été fait  alors qu’ils étaient totalement démunis, à la rue et sans solution.

En tant que chrétiens, catholiques : nous avons honte que notre Archevêque n’ait jamais pris la peine de dialoguer en direct avec les personnes concernées.

Nous avons honte qu’il ait osé critiquer dans la presse et sur les ondes d’une radio locale ce travail militant auprès des plus pauvres. Nous avons honte qu’il ait sanctionné les militants du CCFD terre solidaire qui se sont associés à ce travail humanitaire. Nous avons honte que le pasteur de notre Eglise n’ait à faire valoir que le droit inaliénable de propriété dans un contexte de drames humains. Nous avons honte que depuis le début l’Archevêque ait judiciarisé l’affaire sans jamais faire référence aux injonctions pourtant fortes du Christ qui a toujours et en toutes rencontres privilégié l’hospitalité, la tolérance, le dialogue.

Notre Archevêque gère cette situation à distance, envoyant ses émissaires, ne se confrontant jamais avec la réalité vécue de la misère, ne prenant jamais en compte la bienveillance des militants qui donnent de leur temps, de leur argent alors que lui même devrait être en première ligne comme l’y invitent  les paroles et les actes du Pape François et plus encore l’Evangile.

https://chretiens-en-vaucluse.com

Contact : Chretiens.vaucluse@gmail.com

 

Devant les agissements de Monseigneur CATTENOZ le mouvement « Chrétiens en Vaucluse » fait appel au Pape François 

Monseigneur CATTENOZ, Archevêque d’Avignon, devrait quitter sa charge le 17 décembre 2020. Depuis son installation en 2002 il a multiplié les situations de conflits, outrances, sanctions, revirements et fait des choix pastoraux très contestables plongeant le diocèse dans de grandes difficultés.

Manifestement l’approche de son départ accélère chez lui la volonté de multiplier  des actes clivants.

C’est ainsi que dernièrement il a sanctionné l’équipe locale du  CCFD-Terre solidaire qui a accompagné le collectif ROSMERTA dans son occupation d’un local vide du diocèse pour y accueillir des migrants à la rue.

Refusant tout réel dialogue avec ROSMERTA il a préféré agir en déposant une plainte au pénal et assigner le collectif en référé-expulsion.

Malgré les alertes, il ferme les yeux sur la situation invraisemblable que connait la paroisse d’Apt en soutenant un curé qui détruit  tout ce qui a été construit par ses prédécesseurs.

Lors de la messe chrismale, en la cathédrale des Doms à Avignon,  il prononce une homélie ahurissante sur des faits de mœurs dans l’Eglise de Vaucluse laissant chacun pantois.

Il dénonce publiquement le frère de Saint Jean, Samuel Rouvillois, le relevant de ses fonctions et l’exfiltrant du diocèse alors que l’affaire est à peine connue du procureur de la république qui relativise les faits.

Il dénonce publiquement au cours d’une messe à la cathédrale d’APT 2 prêtres qu’il accuse de faits graves laissant planer les doutes parmi l’auditoire.

Il poursuit à grands frais  la construction d’un séminaire du néo-catéchuménat à Sorgues alors que les finances du diocèse sont dans le rouge.

Lors de tous ces événements, «  Chrétiens en Vaucluse » a réagi en saisissant les autorités civiles,  religieuses et judicaires.

Pour tous ces comportements actuels et passés « Chrétiens en Vaucluse » vient de saisir directement le Pape François en lui envoyant un dossier complet que l’on retrouvera sur ce site.

______________________

Pièces jointes :

1/ Dossier pour le Pape François :

Communiqué de presse concernant la Lettre au Pape François

Fiche 1 : Les prêtres malmenés dans le diocèse d’Avignon

Fiche 2 : La situation de la paroisse d’Apt

Fiche 3 : La charité n’est pas la préoccupation de L’Archevêque

Fiche 4 : Le séminaire du néo-catéchuménat

Fiche 5 : Les homélies de Monseigneur Cattenoz

2/ Homélie de la messe Chrismale

Lettre au procureur de la république de «  Chrétiens en Vaucluse »

3/Affaire Rosmerta

1ere lettre au préfet de Vauclsue

2eme lette au préfet de Vaucluse

4/ Sanction du CCFD terre solidaire

Message envoyé à tous les Evêques de France réunis à Lourdes

Lettre de CEV à Mgr Cattenoz

5/ Affaire Samuel Rouvillois

Communiqué de presse de Chrétiens en Vaucluse

Le mouvement  « Chrétiens en Vaucluse » est né de l’initiative de nombreux catholiques du Vaucluse qui ont réagi au fil des années au comportement personnel de l’Archevêque d’Avignon.

Celui-ci, depuis son arrivée à la tête du diocèse, il y a quinze ans,   a développé des formes de gouvernance autoritaires tant auprès des prêtres qu’auprès des laïcs et des mouvements créant un véritable état de souffrance.

Les sympathisants du mouvement ont pris diverses initiatives soit individuelles soit plus collectives : 1°/ Pour faire connaître aux autorités ecclésiastiques cet état de fait en demandant leur intervention afin que soit retrouvé un climat serein et que soit conduite une réelle pastorale à la hauteur des besoins de notre temps 2°/ Pour engager des actions de réflexions et de partage sur les différents thèmes qui concernent la vie dans le diocèse.

   

Sur ce site vous trouverez différents éléments concernant les actions récentes du mouvement « Chrétiens en Vaucluse », d’autres relatifs aux actions plus anciennes. Vous trouverez aussi  des éléments de réflexion et des liens qui pourront vous être utiles. Merci de nous faire part de vos réactions et de vos propres initiatives ou vécus.

Print Friendly, PDF & Email